Bertrand Beyern
Accueil du site > Le mort du jour > 805. Décembre 2020. > 96759. 15 décembre 2020 : Stanislas-André Steeman, de la plume à (...)

96759. 15 décembre 2020 : Stanislas-André Steeman, de la plume à l’écran.

mardi 15 décembre 2020, par Admin BB

Liège ne vit pas naître au début du siècle dernier que Georges Simenon (1903-1989). En janvier 1908, la Cité ardente fut aussi le berceau de Stanislas-André STEEMAN qui s’illustra dans le même domaine que son aîné, le roman policier.


S’il ne fut pas aussi prolifique (trente-sept romans policiers -, les cinq premiers ayant été écrits en collaboration avec Herman Sartini dit Sintair) et si ses héros récurrents, Monsieur Wens ou le commissaire Malaise, n’ont jamais accédé à la popularité d’un Maigret, il fut un auteur emblématique du "Masque" et souvent adapté au cinéma.


En 1942, Henri-Georges Clouzot (1907-1977) porta ainsi à l’écran L’Assassin habite au 21, écrit en 1939 (ce fut l’occasion d’une violente polémique entre les deux hommes sur la fidélité des adaptations), avec Pierre Fresnay et Suzy Delair.


En 1947, le même transposait le roman Légitime Défense (publié en 1942) sous le titre Quai des Orfèvres avec Louis Jouvet en inspecteur Antoine.


Steeman publia également en 1952 Dix-huit fantômes devenu l’année suivante pour la caméra d’Henri Decoin Dortoir des grandes donnant à l’inspecteur Désiré Marco (dont la première aventure écrite avait été Madame la Mort) les traits de Jean Marais.


Mort à Menton (Alpes-Maritimes), il y a cinquante ans jour pour jour, le 15 décembre 1970, il y repose, toutefois attention, pas au célèbre cimetière du Vieux-Château, mais dans la nécropole du Trabuquet située juste au-dessus et dont l’immensité peut un jour de fort soleil décourager le visiteur.

Sa plaque funéraire s’inspire des couvertures de ses romans en reprenant le fameux logo de la collection du "Masque".

JPEG - 473 ko


(Cliquer sur la photo de sa tombe.)

À son souvenir, on associera spécialement aujourd’hui celui de la comédienne d’origine brésilienne Véra CLOUZOT (1913-1960), épouse du réalisateur, vue dans Les Diaboliques et Le Salaire de la peur (elle ne tourna que sous la direction de son mari).
Morte d’une crise cardiaque le 15 décembre 1960, il y a exactement soixante ans, elle est inhumée, désormais avec lui, à Paris, au cimetière Montmartre.


JPEG - 2.7 Mo


(Cliquer sur la photo de sa tombe.)

Autres articles sur le département des Alpes-Maritimes :
Qui repose à La Colle-sur-Loup ?
Qui repose à Èze ?
Menton, cimetière du Vieux-Monti.
Nice, cimetière israélite du Château.
Nice, cimetière de Gairaut.
Nice, cimetière de Saint-Antoine-de-Ginestière.
23 novembre 2017 : Révélons où repose Alfred Savoir !
12 avril 2018 : Et si nous réécoutions Colette Deréal ?
6 novembre 2018 : Révélons où repose Jacques Morali !
30 novembre 2018 : Révélons où repose Ida Rubinstein !
9 août 2019 : La si belle épitaphe de Louis Nucera.
22 août 2019 : Roger Martin du Gard, tant publié puis un peu oublié.
23 mars 2020 : Sacré Dufy !

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0