Neuvy-Deux-Clochers, cathédrale Linard.

Hors de tout cimetière, voici une extraordinaire réalisation d’art singulier témoignant du talent et de la ténacité d’un homme hors du commun, Jean Linard (1931-2010), tout à la fois céramiste, potier, peintre, sculpteur mais aussi architecte.
Ce Nivernais de naissance, après une formation de graveur, vint s’installer ici, près du célèbre village de potiers de La Borne, en 1961. Il acheta avec sa compagne d’alors une ancienne carrière de silex et commença d’édifier la maison d’habitation ainsi que les ateliers que l’on voit aujourd’hui.

JPEG - 2.2 Mo


À partir de 1983, il se lança dans l’édification d’une chapelle qui, au fil des ajouts et des transformations, gagna le nom de "cathédrale". Dépourvue de plafond, elle faisait dire à son créateur qu’elle était la plus élevée du monde, le ciel lui servant de toit. L’ensemble, mêlant carreaux, briques, bouteilles et matériaux de récupération, déroute et séduit : on y transcende tout oecuménisme en découvrant pêle-mêle les noms de Jésus, Mahomet, Bouddha, Gandhi, Martin Luther King, Soeur Emmanuelle, monseigneur Gaillot mais aussi les inspirateurs de Jean Linard tels le Facteur Cheval, Picassiette, Robert Tatin ou Gaudi, ceux dont il disait : Ils ont utilisé un ciment plein de leur foi.

JPEG - 2.1 Mo


Jean Linard précisait : Je n’ai jamais eu de plan. Une maison se dessine tous les jours de ta vie. Je demanderai le permis de construire quand j’aurai fini le tout.
L’humour n’est pas absent avec l’association de flacons de toute provenance : C’est l’Europe aussi (bouteilles de Sancerre, bouteilles de bières allemandes, belges...). Tout ce qui est beau s’éclaire de Dieu.

Pour la toiture, c’est Dieu qui l’a faite, mais ce n’est pas un manuel... il y a des moments, il y a des fuites...
"Il appela le firmament ciel", grâce à Lui ma cathédrale est la plus haute du monde. Quelques tuiles ou plutôt nuages mal placés laissent passer la pluie. Les anges qui l’aident et ne sont pas toujours habiles doivent de mordre les ailes devant leur maladresse.

JPEG - 7.2 Mo


La tombe de l’artiste, qu’il avait lui-même préparée, se cache en surplomb du site, à l’orée des bois : une mosaïque où ne figurent que l’initiale de son prénom, son nom et l’année de sa naissance. En fait, ses cendres ont été répandues autour de cet endroit. Discrète, sa sépulture, que rien ne signale à l’attention, échappe à la grande majorité des visiteurs.

JPEG - 2.1 Mo


L’ensemble du site faillit être vendu après la mort de Jean Linard mais il est désormais inscrit au titre des Monuments historiques. Des spectacles et expositions y sont organisés.
En mars 2012, Frédéric Mitterrand, lors de sa venue en tant que ministre de la Culture, déclara : C’est une oeuvre de l’esprit, là où nous sommes, et c’est tout à fait extraordinaire ; et j’espère bien que ce lieu pourra être préservé et pourra être visité par de nombreux promeneurs et de nombreux visiteurs étrangers...

JPEG - 2.2 Mo


La cathédrale Linard se visite de Pâques à la Toussaint, les samedis, dimanches, jours fériés ainsi que pendant les vacances scolaires, de 14h à 19 h.
En juillet et en août, le site est ouvert tous les jours, de 10h30 à 19h .
Entrée payante.
Contacter info@cathedrale-linard.com
Téléphone : 09. 73. 01. 86. 46.

Autres articles sur le département du Cher :
Qui repose à Culan ?
Qui repose à Henrichemont ?
Qui repose à Saint-Bouize ?
Vierzon, cimetière Ville
22 septembre 2014 : Traces d’Alain-Fournier à Epineuil-le-Fleuriel