Dans la même rubrique...

Langres, cimetière de la Collinière.

JPEG - 1.8 Mo


Le plus célèbre enfant du pays, Denis Diderot, écrivait, en août 1759, à sa chère Sophie Volland :
Les habitants de ce pays ont beaucoup d’esprit, , trop de vivacité, une inconstance de girouettes. Cela vient, je crois, des vicissitudes de leur atmosphère qui passe en vingt-quatre heures du froid au chaud, du calme à l’orage, du serein au pluvieux ; il est impossible que ces effets ne se fassent sentir sur eux et que leurs âmes soient quelque temps de suite dans une même assiette. Elles s’accoutument ainsi dès la plus tendre enfance à tourner à tout vent.
Soyez donc prévenus : ici, ça souffle.

JPEG - 402.5 ko


Le cimetière de Langres se trouve, bien sûr, à l’extérieur des remparts (après l’avoir arpenté, on montera découvrir ou retrouver la cathédrale Saint-Mammès). Sa pente, douce, offre de belles échappées sur la campagne.

JPEG - 2.8 Mo


JPEG - 338.5 ko


JPEG - 354.5 ko


Aucune célébrité mais, en revanche, une foule de chapelles bourgeoises et de croix ou monuments ouvragés dont les dimensions imposent le respect.








JPEG - 340.6 ko


JPEG - 423.7 ko


JPEG - 2.1 Mo


JPEG - 2 Mo


Parmi les défunts ayant connu une renommée locale, distinguons :

Louis LEPITRE (1879-1958), directeur de l’école de chant religieux "La Phalange".

Suzanne MASSON (1900-1990), peintre.

Jean-Antoine de MONTARBY (1780-1863), chef d’Escadron aux Dragons de la Vieille Garde impériale.

Roger SIMONET (+ 1944, à 21 ans), jeune résistant, membre du maquis Henry, fusillé le 11 septembre 1944. En représailles, le lieutenant allemand responsable de sa mort fut exécuté une semaine plus tard par un peloton où figuraient trois des frères Simonet.


Georges VIARD (1887-1933), fondateur de la société LTT (Lignes Télégraphiques et Téléphoniques) qui avait pour objet "l’étude, la fabrication, l’installation, l’amélioration, l’entretien, l’exploitation de toutes lignes (câbles et accessoires), de tous systèmes destinés à la télégraphie et à la téléphonie".

Plusieurs prêtres reposent dans le caveau collectif de L’Ami du clergé, revue hebdomadaire publiée à Langres de 1878 à 1969.

JPEG - 400.8 ko


On remarque également le monument que le baron Aubert, colonel d’artillerie, fit élever à la mémoire des Langrois morts aux armées.

JPEG - 342 ko



Ajoutons la présence d’un carré militaire :


Cette épitaphe romantique n’est pas à négliger :

JPEG - 627 ko


Enfin, mon goût des prénoms rares m’a fait relever celui-ci :

JPEG - 337.3 ko


Adresse :
Avenue de la Collinière.

Horaires (recopiés ici jusque dans leurs paradoxes tels qu’ils sont inscrits...) :
du 16 février au 16 mars : de 8h à 16h.
du 16 mars au 15 septembre : de 8h à 17h.
du 16 septembre au 31 octobre : de 8h à 17h.
le 1er novembre : de 8h à 18h.
du 2 novembre au 15 février : de 8h à 16h.

Autres articles sur le département de la Haute-Marne :
Qui repose à Colombey-les-Deux-Églises ?
Langres, cathédrale Saint-Mammès.
Qui repose à Villars-en-Azois ?