Qui repose à Chailly-en-Bière ?

Sur la route, un panneau indique au visiteur qu’il s’agit là d’un lieu à ne pas manquer ; on aimerait constater souvent pareille initiative.

JPEG - 2.6 Mo


Ici, en lisière de la forêt de Fontainebleau, dorment des peintres, dans un cadre champêtre, celui-là même du hameau de Barbizon, alors dépendant de la commune de Chailly-en-Bière, qui les avait séduits au XIXè siècle et qui fit d’eux ce qu’on a coutume d’appeler l’"École de Barbizon" (bien qu’ils n’aient jamais songé à être désignés sous ce terme). Depuis, Barbizon est devenu une commune indépendante dont le cimetière (qui n’intéressera pas que les amateurs de peinture mais aussi les passionnés de chanson française car Léo Marjane et Jean Tranchant y reposent), sans manquer d’intérêt (le visiter aussitôt après celui-ci), dégage moins de charme que celui de Chailly-en-Bière.

JPEG - 2.7 Mo


JPEG - 2.6 Mo


À l’entrée du site, sous le très joli porche qui accueille le pèlerin, un plan permet de situer neuf sépultures dignes d’intérêt auxquelles j’en ai ajouté plusieurs autres.

JPEG - 1.7 Mo


Karl BODMER (1809-1893), peintre, illustrateur et photographe français d’origine suisse.


En compagnie du prince allemand Maximilian zu Wied-Neuwied (célèbre naturaliste), il avait exploré une partie de l’Amérique du Nord avant de se fixer à Barbizon en 1849.


Il fait partie des artistes dont la vie aura été moins banale que la pierre tombale.

JPEG - 2.7 Mo


Léon-Pierre DELAMBRE (1846-1916), peintre paysagiste et aquarelliste. Sa très simple dalle est désormais orpheline du cyprès qui l’ombragea longtemps.


Antoine-Léon DELIONS (+ 1843), maître de postes et maire de Chailly-en-Bière (ses parents reposent dans l’église) de 1790 à 1814. Apprécié du comte d’Artois, futur Charles X, qui s’arrêtait dans son établissement en se rendant au château de Fontainebleau.

François DESPORTES (1849-1909), peintre, à ne pas confondre avec son ancêtre, Alexandre-François Desportes, artiste animalier qui fit de nombreux portraits des chiens de Louis XIV. Exposé au musée d’Orsay (Le Printemps). En l’église de Chailly-en-Bière est visible sa Vierge à l’enfant.


Au fond du cimetière, son tombeau se repère sans difficulté.

JPEG - 1.9 Mo


François (1797-1861) et Edme (1802-1879) GANNE, couple d’aubergistes dont la maison accueillit les artistes, bientôt nommés les "peint’ à Ganne", de 1834 à 1870. De madame Ganne, les frères Goncourt rapportent qu’elle ne gênait personne parce qu’elle était toujours la première levée et la dernière couchée.


L’auberge (92 Grande Rue à Barbizon) abrite aujourd’hui le musée des Peintres de Barbizon.


Attaquée par le temps, leur tombe a déjà perdu la moitié de sa grille et la pierre est bien affaissée (phénomène ici fréquent en raison du sol sablonneux).

JPEG - 3.2 Mo


Georges GASSIES (1829-1919), peintre. Certainement pas le plus célèbre de ceux qui reposent ici mais un des plus attachés aux sujets de la vie quotidienne et celui qui eut la plus grande longévité. Il écrivit Le vieux Barbizon : souvenirs de jeunesse d’un paysagiste. 1852-1875, préfacé par Gaston Lafenestre (voir ci-dessous).


Sur sa haute stèle, son épitaphe demeure parfaitement visible.

JPEG - 2.1 Mo


Gaston LAFENESTRE (1840-1877), peintre à qui sont dus de nombreuses scènes rustiques comme celle de ce troupeau de moutons.

JPEG - 376.3 ko


Il repose auprès de Millet et Rousseau (voir ci-dessous).

JPEG - 3.1 Mo


Jean-François MILLET (1814-1875). Plus célèbre membre avec Théodore Rousseau de ce qu’on nomme assez improprement "l’École de Barbizon", le futur auteur de L’Angélus (qui fascinait tant Salvador Dalí) et des Glaneuses, d’origine normande, s’installa ici en 1849 pour n’en presque plus partir.



La pierre tombale d’origine a été remplacée par ce monument grâce à l’"Association Jean-Francois Millet et les paysagistes du XIXème siècle" qui entretient sa mémoire.

JPEG - 2.9 Mo


Théodore ROUSSEAU (1812-1867), autre figure majeure avec Millet du foisonnement artistique connu par Barbizon au milieu du XIXè siècle.

Voulant s’échapper de Paris et rêvant de trouver une nature virginale (après Jean-Jacques, était-ce son patronyme qui le poussait à cette quête ?), ce solitaire s’y était fixé dès 1836, bien avant que le train ne desserve la région, avait vécu à l’auberge Ganne (voir plus haut) et y mourut.


Sa tombe, surmontée d’un amas de rochers, se trouve précisément entre celles de Gaston Lafenestre et de Jean-François Millet.

JPEG - 2.8 Mo


Alfred SENSIER (1815-1877). Tout à la fois marchand, critique et historien d’art, il fut l’ami, ainsi que l’exécuteur testamentaire, de Théodore Rousseau (il publia Souvenirs sur Théodore Rousseau en 1872) et de Jean-François Millet (La Vie et l’oeuvre de Jean-François Millet parut à titre posthume).


Il repose non loin d’eux dans une tombe de plus en plus menacée par la végétation.

JPEG - 2.7 Mo


Theodore TILTON (1835-1907). Cet Américain, poète et journaliste, ardent défenseur de l’abolition de l’esclavage aux États-Unis durant la guerre de Sécession, s’exila en France après un procès intenté au pasteur Henry Ward Beecher (frère de Harriet Beecher Stowe qui écrivit La Case de l’oncle Tom) qu’il accusait d’avoir séduit sa femme.

Robert Plant, le chanteur de Led Zeppelin, mit en musique en 2010 son poème Even This Shall Pass Away.

Sa stèle massive tranche avec les dalles banales qui l’environnent.

JPEG - 1.8 Mo


Antoine ZARRA (1820-1892), peintre. S’il ne laissa pas une trace impérissable, sa chapelle familiale, au fronton orné de pinceaux et d’une palette, prouve qu’il ne mourut pas impécunieux.


Deux épitaphes m’ont paru dignes d’être relevées :
Un amour bien plus grand que le temps court sur une rivière de souvenirs, il avance scintillant vers l’éternité bordé de rives, de pensées et de regrets.

Ici repose Ernest Brochard (ou Rochard car le "B" pourrait avoir été ajouté), âgé de 33 ans, tombé le 5 juillet 1892 sous le couteau d’un assassin qu’il tenta d’arrêter. Les habitants reconnaissants. De profindi (sic).
Ce héros local est à ce point oublié que sa sépulture se trouve aujourd’hui menacée de reprise.

Et il ne s’agit pas d’un cas unique :

JPEG - 2.5 Mo


Autres articles sur le département de Seine-et-Marne :
Qui repose à Annet-sur-Marne ?
Chauconin-Neufmontiers, cimetière militaire français de la Grande Tombe de Villeroy.
Qui repose à Ferrières-en-Brie ?
Qui repose à Monthyon ?
Qui repose à Quincy-Voisins ?
Qui repose à Samoreau ?

Autres articles sur les tombes de peintres :
100 tombes de peintres au Père-Lachaise !
Où reposent les peintres impressionnistes ?