Douarnenez, cimetière de Tréboul.

Curieuse destinée que celle de Tréboul qui dépendit de la commune de Poullan jusqu’en 1880, devint alors indépendante avant d’être rattachée à Douarnenez en 1945.

Son cimetière marin n’abriterait aucune personnalité qu’il faudrait néanmoins s’y rendre : il est le plus beau de la région.

JPEG - 541.4 ko


En effet, derrière un portail quelconque, un site qu’on découvre avec émerveillement et qu’on quitte à regret.

JPEG - 529.1 ko


Ici, une étrange terrasse pour jouir du panorama. Malgré les apparences, cette photo est prise au milieu du cimetière.

JPEG - 519.1 ko


Là, des monuments en surplomb de la mer tandis que derrière le muret, un sentier mène à une plage minuscule connue des initiés.

JPEG - 586.5 ko


JPEG - 585.4 ko


Si le paysage procure la plus forte émotion, on n’oubliera pas de visiter :

Armand LAUVERGNAT (+1875), riche négociant établi à Tréboul, qui offrit le terrain destiné à accueillir ce cimetière, en 1849, après une épidémie de choléra. Sa tombe est encore aujourd’hui entretenue par la municipalité.

JPEG - 668.5 ko


John-Antoine NAU (1860-1918). Né Eugène Torquet, citoyen américain mais d’origine et d’expression française, cet écrivain aurait basculé vers un irrémédiable oubli si ne lui avait été attribué en 1901 le premier prix Goncourt pour Force ennemie (très étrange roman dont le héros, interné dans un asile, doit partager son corps avec un extraterrestre lubrique qui s’empare de sa pensée...).
Marin autant qu’écrivain, Nau bourlingua toute sa vie (il connut Saint-Tropez bien avant la mode), vécut aux Antilles, en Corse et à Alger mais vint finir ses jours en Bretagne.

JPEG - 632.2 ko


Georges PERROS (1923-1978), écrivain et poète qui, après avoir débuté au théâtre (auprès de Jean Vilar et de Gérard Philipe dont il était l’ami) et même être entré à la Comédie-Française, avait trouvé sa voie dans l’écriture de notes, poèmes et aphorismes réunis en Papiers collés. Perros était une sorte de Joubert transféré au XXè siècle, séjournant à Douarnenez et qui allait encourager, le dimanche, l’équipe locale de football. (François Bott, Écrivains en robe de chambre, La Table Ronde, 2010).
Il mourut d’un cancer du larynx. Poulot était son véritable patronyme.

JPEG - 777.3 ko


Hélas, comme ailleurs, on voit ici beaucoup trop de tombeaux de facture récente mais quelques vénérables exceptions rappellent heureusement que nous sommes en Bretagne.

JPEG - 673.7 ko


Horaires :
Du 1er avril au 30 septembre : 9h-19h.
Du 1er octobre au 31 mars : 9h - 18h.

Adresse :
Rue Treiz An Douric.

Autres articles sur le département du Finistère :
Qui repose à Edern ?
Qui repose à Huelgoat ?
Quimper, cimetière Saint-Marc.
Qui repose à Saint-Servais ?