21 janvier 2017 : Madrigal affligeant.

(troussé en quelques minutes à l’attention de ceux d’entre vous qui affectionnent les bouts-rimés, les à-peu-près et le mauvais esprit ; le huitième vers est, évidemment, emprunté à Georges Brassens).


Ses amis étaient unanimes
"En portant un tel patronyme,
Tu resteras célibataire !

Oublie, pauvre vieux Seichepine
D’avoir un jour une copine,
Ton destin sera solitaire !

Faute d’un jour donner ton nom
À une quelconque Ninon
Retire-toi au monastère !

Ou va-t’en vivre seul au loin,
Renonce au mariage et deviens
Gardien de phare en Finistère !"

Mais dans la vie parfois deux êtres
Semblent tant faits pour se connaître
Que nous n’avons plus qu’à nous taire.

Mamz’elle Rivière, quel nom impec
Pour irriguer un coeur à sec
Et partir à deux vers Cythère !

JPEG - 2.6 Mo


Madame Seichepine fut veuve
Ci-dessus j’en fournis la preuve
À ceux d’entre vous qui doutèrent...