Dans la même rubrique...

Cordoue, Mosquée-cathédrale.

Fabuleux endroit qu’il est impensable de ne pas visiter lorsqu’on est à Cordoue.

JPEG - 387.7 ko


Bâti à l’emplacement d’une première basilique, celle des Martyrs de Saint-Vincent, datant de l’époque wisigothe, l’édifice fut d’abord (les travaux débutèrent en 785), une mosquée, la deuxième plus grande du monde après celle de La Mecque (aujourd’hui encore, ses dix-neuf nefs, ses 850 colonnes et ses arcs bicolores éblouissent qui y pénètre), témoignant de la puissance des Omeyyades jusqu’à la reconquête de la ville par Ferdinand III, en 1236.
Les Castillans transformèrent le lieu en église puis en une cathédrale dont l’édification ne commença qu’en 1523 et qui est entièrement incrustée dans la forêt de colonnes de la mosquée initiale !

JPEG - 586.3 ko


Les cathédrales étant, à leur façon, de vastes cimetières, on ne s’étonnera pas de découvrir ici plusieurs caveaux funéraires.

JPEG - 472.1 ko


Le plus célèbre défunt est, sans nul doute, le poète Luis de Góngora (1561-1627).

Ancien étudiant à l’université de Salamanque, il vit ses débuts salués par Cervantès, vécut pauvrement à la cour de Valladolid où il était chapelain du roi Philippe III, et revint mourir dans sa ville natale de Cordoue (sa maison a été transformée en musée il y a quelques années) en laissant une oeuvre lyrique que dominent Las Soledades (Les Solitudes).
Sa phrase, très affectée, semée de métaphores et de références jusqu’à la boursouflure, donna naissance au gongorisme, style littéraire propre à la littérature baroque de l’Espagne du Siècle d’or. Ainsi désignait-il les oiseaux comme des cloches de plumes sonores qui donnent le signal de l’aube au soleil, lorsque celui-ci, sur son carrosse, quitte le pavillon d’écume...
Loué par ses contemporains (génie sans pareil selon Cervantès) puis oublié avant d’être réhabilité (la France ne l’a réellement découvert qu’au XXè siècle, grâce aux travaux de Zdzisław Milner qui compara son oeuvre à celle de Mallarmé), il occupe désormais dans le Panthéon littéraire espagnol la place qu’il mérite.

JPEG - 414.4 ko


Adresse :
Calle Cardenal Herrero, 1.

Horaires :
Novembre-Février : du lundi au samedi, 8h30-18h.
Dimanches et fêtes religieuses : 8h30-11h30 et 15h-18h.
Mars-Octobre : du lundi au samedi, 10h-19h.
Dimanches et fêtes religieuses : 8h30-11h30 et 15h-19h.

Entrée payante (environ 10 €).

Autres articles sur l’Espagne :
Cordoue, Cimetière Notre-Dame de la Santé (Cementerio Nuestra Señora De La Salud)
Madrid, église Saint-Martin-de-Tours (iglesia San Martín de Tours).
Salamanque, église et couvent Saint-Étienne (convento San Esteban)
22 juillet 2012 : Passe, perd et Salamanque.
15 octobre 2014 : Thérèse d’Avila, la sainte démembrée.