Figueres, Théâtre-Musée Dalí (Teatre-Museu Dalí).

De lui, on ne pouvait attendre autre chose...


Salvador DALÍ (Salvador Domingo Felipe Jacinto Dalí Domènech) (1904-1989) ne repose pas dans un cimetière mais dans la crypte de son fabuleux Théâtre-Musée de Figueres (longtemps appelée Figueras), la ville qui le vit naître et mourir.

Voici le texte explicatif offert à la lecture des (nombreux) visiteurs qui, l’été, patientent devant l’entrée, venus par intérêt ou pour trouver un abri lorsque pleut sur la Costa Brava :

La place (Gala-Salvador Dalí) fut créée en 1850 pour urbaniser l’espace occupé par l’ancien cimetière. Le marché aux poissons s’y installa un an plus tard ; il se tenait jusqu’alors sur la place de la Mairie. L’ancien théâtre municipal de Figueres abrite aujourd’hui le Musée Dalí. Il fut en partie détruit pendant la Guerre Civile puis brûlé par les troupes franquistes en 1939. Conçu par Roca i Bros, sa décoration est due à Félix Cagé, artiste français qui réalisa également le décor du théâtre du Liceu de Barcelone. Cet endroit fut très animé jusqu’en 1916, lorsque le cinématographe devint l’amusement préféré des habitants de Figueres, au détriment des spectacles de théâtre.


Salvador Dalí, faisant valoir sa réputation et sa ténacité, proposa de créer dans ce lieu oublié un musée qui lui serait consacré. Dans un premier temps, on lui proposa d’ouvrir une salle Dalí dans le Museu de l’Empordà, sur la Rambla, mais l’artiste répondit fermement : "Je ne veux pas de salle mais un musée Dalí à Figueres". Après plusieurs années de travail, le génie fut finalement satisfait. Le nouveau Musée Dalí fut inauguré en 1974, et il est devenu l’un des plus fréquentés de toute la Catalogne.


Inutile de dire que si l’extérieur du bâtiment déroute, l’intérieur est au diapason...


Dalí ayant choisi de reposer au milieu de son sanctuaire, c’est un étonnant spectacle que le ballet des touristes foulant, pour beaucoup sans le savoir, la dalle funéraire du plus extravagant des artistes surréalistes.

JPEG - 428.4 ko


Il faut, en réalité, se rendre dans une salle discrètement indiquée au sous-sol pour se trouver face à la plaque de l’enfeu portant les mots
SALVADOR DALÍ i DOMÈNECH
MARQUÈS DE DALÍ DE PÚBOL
1904-1989

JPEG - 359.7 ko


Faites l’expérience si vous avez la chance de vous rendre sur place : au bas de l’escalier, la majorité des visiteurs néglige la sépulture et bifurque vers les toilettes du musée situées juste à côté ! C’est ainsi que mon recueillement devant la tombe de Dalì a chaque fois un bruit de chasse d’eau pour fond sonore...

On oublie souvent de le rappeler mais une autre tombe lui avait été préparée dans la crypte de son château de Pubol afin qu’il reposât auprès de Gala

Adresse :
Place Gala i Salvador Dalí, 5.

Horaires (aussi complexes que le personnage) :
Du 1er janvier au 28 février : 10h30 - 18h (dernière admission à 17h15).
Du 1er mars au 31 mars : 9h30 - 18h (dernière admission à 17h15).
Du 1er avril au 30 juin : 9h30 - 20h (dernière admission à 19h15).
Du 1er juillet au 30 septembre : 9h - 20h (dernière admission à 19h15).
Du 28 juillet au 1er septembre : nocturnes de 22h à 1h (dernière admission à 0h30).
Du 1er octobre au 31 octobre : 9h30 - 18h (dernière admission à 17h15).
Du 1er novembre au 31 décembre : 10h30 - 18h (dernière admission à 17h15).

Autres articles sur l’Espagne :
Cordoue, Cimetière Notre-Dame de la Santé (Cementerio Nuestra Señora De La Salud)
Cordoue, Mosquée-cathédrale)
Madrid, église Saint-Martin-de-Tours (iglesia San Martín de Tours).
Salamanque, église et couvent Saint-Étienne (convento San Esteban)
22 juillet 2012 : Passe, perd et Salamanque.
15 octobre 2014 : Thérèse d’Avila, la sainte démembrée.