Qui repose à Pressagny-l’Orgueilleux ?

Si le site est relativement banal, un long rectangle en bord de route, presque entièrement dépourvu d’arbres et d’où on ne devine pas la présence de la Seine en contrebas, la halte au cimetière de Pressagny-l’Orgueilleux se révèle fructueuse.

JPEG - 600.3 ko


Gaston Gallimard (1881-1975), en dépit de la modestie de son monument, en est l’hôte le plus illustre.
Prédisposé à servir le livre (le mot "gallimard" désignait en vieux français l’écritoire ou l’encrier), il fut l’éditeur de (presque) tout ce qui compta dans la littérature française au XXè siècle (hormis, et il le regretta, Julien Gracq et François Mauriac).
Célèbre pour son flair, son habileté, et son immuable noeud papillon, il reçut en 2011 un superbe hommage posthume : la Ville de Paris rebaptisa en son honneur la portion de la rue Sébastien-Bottin (7è arrondissement) où se trouvent les célèbres locaux de ses éditions.


Pourquoi Gallimard ? Parce qu’il fut unique et exceptionnel.
Certes, de grands éditeurs, il y en eut d’autres et non des moindres. Mais de tous ceux qui s’étaient lancés dans cette aventure au cours de la première décennie du siècle, il fut certainement le seul, au soir de sa vie, à pouvoir se permettre de feuilleter l’épais catalogue de sa maison d’édition en se disant : la littérature française, c’est moi.
Il ne fut l’auteur d’aucun livre, mais il les a tous signés. En bas de la couverture et non en haut, comme le commun des écrivains. C’est son oeuvre. Elle compte des millions de volumes dont l’allure et la couleur se reconnaissent immanquablement dans la bibliothèque de tout honnête homme du XXè siècle.
(Pierre Assouline, Gaston Gallimard, Un demi-siècle d’édition française, "Points", Seuil, 1996, p. 9).

Son épouse (sa seconde car il était divorcé d’Yvonne Redelsperger, mère de son fils), Jeanne (1890-1968), est inhumée avec lui.

JPEG - 635.7 ko


Claude Gallimard (1914-1991), fils de Gaston auquel il succéda et père d’Antoine, actuel président des éditons Gallimard.


À noter qu’il repose dans une tombe distincte de celle de son père et que la sienne est ornée d’une croix .

JPEG - 655.3 ko


Michel Tapié (Michel Tapié de Céleyran) (1909-1987), figure de l’art contemporain. Lointain descendant de Toulouse-Lautrec (inhumé à Verdelais, en Gironde), il fut peintre, sculpteur et musicien (de jazz) mais surtout critique (Un art autre où il s’agit de nouveaux dévidages du réel, 1952), théoricien et conseiller artistique de célèbres galeristes.


JPEG - 757.9 ko


Valentine Tessier (1892-1981), comédienne dont la longue carrière se déroula davantage au théâtre (elle fut une grande interprète des pièces de Jean Giraudoux que sur le grand écran.


Elle était de notoriété publique la maîtresse de Gaston Gallimard.

JPEG - 720.5 ko


On remarque aussi la stèle d’un couple que la mort a séparé (elle mourut en 2003, lui est encore bien vivant) et qui proclame : Deux êtres unis d’amour pour le meilleur et le pire dans la vie et la mort jusqu’à la fin des temps.

Enfin, nous quitterons ce cimetière éminemment littéraire par ce clin d’oeil à Apollinaire :

JPEG - 679.6 ko


En repartant, ne pas oublier que Port-Mort (où repose André Castelot) est le village voisin...

Autres articles sur le département de l’Eure :
Qui repose à Chamblac ?
Qui repose à Nassandres ?
Qui repose à Port-Mort ?
Qui repose à Saint-Aubin-sur-Gaillon ?
Qui repose à Villegats ?