-736.jpg

Un simple quadrilatère à l’entrée du bourg où les sépultures sont alignées vers le golfe du Morbihan et comme surveillées par un menhir trônant dans l’angle supérieur gauche : ici repose une des grandes romancières moralisatrices de la seconde moitié du XIXè siècle, Zénaïde Fleuriot (1829-1890).
Briochine de naissance, morbihannaise de coeur, royaliste de conviction, catholique de tradition, elle écrivit des dizaines d’ouvrages glorifiant la vertu dont les exemplaires jaunis peuplent encore les greniers de maison de vacances des familles bourgeoises. On ne lit plus Aigles et colombes ni Gildas l’intraitable mais le nom (et le prénom !) de son auteur exhalent encore un puissant parfum suranné.

-732-r90.jpg

Un petit portrait photographique surmonte un livre de granit coiffé de la traditionnelle plume des écrivains.

-733.jpg

On remarquera la formulation singulière : 1829 à 1890.

-734.jpg

Peu de curiosités par ailleurs mais une petite plaque de bronze sur la tombe d’un défunt nommé Jacques Machin et offerte par l’Amicale des Anciens Élèves des Écoles Nationales Professionnelles. Je ne peux vous en dire plus.

-735.jpg