Tel fut le surnom posthume que ses adversaires et opposants donnèrent à l’amiral Luis CARRERO BLANCO (1903-1973) en apprenant les circonstances si singulières de sa mort survenue à Madrid le 20 décembre 1973.

-3662.jpg

Présenté comme l’héritier politique de Franco auquel il avait succédé le 4 mars précédent en tant que chef du gouvernement, il fut assassiné par un commando de l’ETA.

-3666.jpg

Les indépendantistes basques avaient tout préparé depuis plusieurs semaines, louant un local situé en sous-sol et se présentant comme des « sculpteurs » afin de pouvoir faire tout le bruit nécessaire au creusement d’un tunnel aboutissant exactement au milieu de la rue Claudio-Coello que la voiture de leur future victime empruntait chaque jour. Ils y avaient entreposé environ cinquante kilos de TNT en prenant soin de consolider la voûte au moyen de trois barres d’acier pour empêcher la chaussée de s’effondrer.
La veille de l’attentat, des complices déguisés en électriciens avaient disposé sur la façade de l’immeuble les fils du détonateur.

Lorsque Luis Carrero Blanco sortit de l’église des Jésuites où il entendait la messe tous les matins et située tout près de son domicile, sa voiture n’eut le temps de rouler que quelques mètres. À 9h28, une formidable explosion (un « tremblement de terre » dirent les témoins) secoua tout le quartier,
-3665.jpg
créant un cratère long de près de quinze mètres, large de dix, profond de quatre.
-3667.jpg

Le plus extraordinaire est que le véhicule (d’un poids d’environ 1700 kilos selon certaines sources, 2300 pour d’autres) fut propulsé à plus de trente mètres de hauteur, passa par-dessus le couvent des Jésuites avant de s’écraser à l’horizontale sur une terrasse en contrebas. Un père qui lisait son bréviaire confia son ahurissement d’avoir vu passer la voiture devant sa fenêtre du quatrième étage…

-3668.jpg

-3663.jpg

Le chauffeur et Carrero Blanco en furent extraits mourants tandis que le garde du corps de ce dernier avait lui été tué sur le coup.

Demeuré d’un seul tenant, le véhicule est aujourd’hui conservé par le musée de l’Armée situé à l’Alcazar de Tolède.

-3669.jpg

C’est au cimetière de Mingorrubio, situé dans la périphérie de Madrid et dont le moins que l’on puisse dire est qu’il est très marqué politiquement (je vous en reparlerai dans un futur article), que se trouve le tombeau de famille de Luis Carrero Blanco. Coiffé d’une croix, il ne se distingue pas de ses voisins alors que la nécropole compte de nombreux mausolées.

-3664.jpg

Depuis octobre 2019, la nouvelle tombe de Franco se trouve à quelques mètres…

Dernière chose : des amis espagnols m’ont assuré que dans les années qui suivirent l’attentat, il n’était pas rare que des chauffeurs de taxi madrilènes dont les clients voulaient se rendre rue Claudio-Coello leur demandent avec malice : ¿ A qué altura ? (À quelle hauteur ?).