Douze ans jour pour jour après sa mort, je songeais que le nom, la voix et le visage de Michel SERRAULT (1928-2007) sont en train de s’éclipser de nos écrans, de nos ondes et de nos conversations.

-2504.jpg

Son ultime fantaisie posthume fut de quitter la côte normande où on l’avait d’abord inhumé et où il reposait à l’ombre des jeunes filles d’Honfleur pour gagner le cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). là où trente ans plus tôt avait été menée sa fille, Caroline, morte accidentellement. Son épouse, Juanita, décédée un an après lui, les y a rejoints.

Gardons-le en mémoire et visitons-le.

-2503.jpg