Après celles de Léo Chauliac, Roger Moore, Alfred Savoir, Rémy Kolpa-Kopoul, Claude Moliterni, Arnaud Hamelin, Paul Tourenne, Emmanuel Maubert, Bernard Spindler, Michel de Boüard, Gepetto Ben Glabros, Jacques Morali, Ida Rubinstein et du comte Rodolphe de Battine , une nouvelle sépulture inédite de célébrité…

Aucun mérite ne me revient.
En l’occurrence, c’est notre ami HolyvieR, connu de tous les arpenteurs des cimetières parisiens, qui a fait cette trouvaille aujourd’hui, au cimetière Montparnasse. Le hasard ayant provoqué notre rencontre devant la sépulture en question, il m’en a livré le secret et autorisé à vous le transmettre.
Qu’il en soit remercié.

-2358.jpg

Au coeur de la 30è division, ce monument en sursis abrite une famille d’artistes dont la plus populaire figure fut Jeanne Bloch (1858-1916), chanteuse de café-concert et actrice qui vécut avant et pendant la Belle Époque ses heures glorieuses sur les scènes parisiennes de la Scala ou de l’Européen.

-2356.jpg

Son oeuvre, composée de revues (« Le Roi Maboul », « Tananarive, ça y est ! », « Ça vous la coupe ! »…), de chansons (le célèbre « Ta-ra-ra-Boum-di-hé » qu’elle interpréta comme beaucoup d’autres) mais aussi de courts-métrages (où elle incarne Tartinette, amoureuse de Badigeon) a sombré dans un quasi-néant.
La malheureuse ne survit plus que dans quelques mémoires pour son… embonpoint.

-2355.jpg

Impitoyable, Pierre Philippe l’évoque, par la voix de Jean Guidoni, dans son monologue « Je ne me souviens pas » dédié aux artistes oubliés en la classant dans la catégorie des « grosses, des très grosses, Madeleine Guitty, Sarah Duhamel et Jeanne Bloch au partenaire de qui un titi lança, paraît-il, un soir, le voyant la soulever pour l’emmener en coulisse : Fais deux voyages ! »

-2357.jpg